19 août 2009

Les félins et les canins

Il existe deux groupes majeurs de personnes. Les félins et les canins. Ne soyons pas humbles ce soir, commençons par les canins. Meilleur ami de l'homme, fidélité, expression franche et directe de ses envies, ses désirs, ses sentiments. Une espèce rare, que l'homme moderne tend à tenir éloigné de ses échoppes, et même ses lieux de vie (les squares, derniers refuges de la nature -dont nous sommes pourtant issus- dans nos grisâtres cités). L'intelligence sensible du canin et de l'être canin n'est plus à démontrer. C'est une intelligence sensitive et déductive, prête à tous les sacrifices pour les êtres aimés et dans lesquels il place sa confiance.
L'être félin. Celui qui au fil des siècles est devenu d'animal sauvage le plus répandu dans ces derniers siècles de confusion et d'incapacité à cohabiter sur la même surface plane. Les individus félins sont maintenant monnaie courante et prolifèrent en tout espace, toute strate de vie qui nous entoure. L'individu félin fait fi de tout au profit de son indépendance dont il ne fait pas grand chose d'autre que regarder hypnotisé le mouvement des êtres vrais s'agitant encore en pure perte, et se lécher, encore et encore, de sa langue rapeuse et aiguisé les coussinets et le troufion. L'être félin, dans son infini égoïsme s'imagine unique, alors qu'il n'est aujourd'hui que l'expression la plus REDUITE et la plus CLICHEE imaginable de l'image déformée du monde qui nous entoure, proliférant comme jamais auparavant. Le félin, fier, gracile, vif, est devenu le nouveau parasite dominant de notre terre. Pas les chats non, je les aime eux. Les humains, pour ne pas changer.

Posté par birdie mandarin à 19:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les félins et les canins

Nouveau commentaire